Mon compte Devenir membre Newsletters

Equipez votre point de vente d'écrans plats

Publié le par

Une image modernisée, une communication accrue, des promotions valorisées... La PLV dynamique offre de nombreux avantages. A condition de respecter certaines règles.

Jean-Marc Elbeze a installé deux écrans de 1,20 m dans la vitrine de son magasin de prêt-à-porter, Corner Store, situé dans un centre commercial, à Drancy (Seine-Saint-Denis). L'intérêt? «Nous sommes en face dune grande surface. Pendant qu'ils attendent à la caisse, les clients peuvent voir nos écrans, et continuer ensuite leur shopping chez nous», indique-t-il. Comme l'explique Michael Fitoussi, directeur deCran, société proposant des solutions de PLV (publicité sur le lieu de vente) dynamique: «Pour animer son magasin ou sa vitrine, mieux valoriser les produits, ou mettre en avant des promotions, les écrans plats constituent un élément de PLV dynamique pluriforme selon leur emplacement»

Un «vendeur dormant»

Mais attention, prévient Gérard Bouhanna, p-dg d'Oki printing, fournisseur d'écrans dédiés aux professionnels, «l'écran est un vendeur dormant: seul, il ne peut rien faire.» Jean-Marc Elbeze, qui en a aussi intégré trois dans ses rayons, notamment pour valoriser les promotions, le confirme: «Grâce à eux, j'organise plus d'actions commerciales, de réductions, d'offres sur le deuxième article moins cher, etc. Mais les vendeurs sont alors indispensables pour assurer le suivi, en cabines d'essayage et pour le réassort». Cependant le message relayé ne doit pas être uniquement promotionnel, comme l'explique Raphaël Pinot, auteur de Smart report, un rapport sur l'utilisation des nouvelles technologies audiovisuelles par les professionnels. «Le contenu doit être riche et varié, sinon le spectateur se lasse», prévient-il. «Les images diffusées doivent s'inscrire dans une communication globale, et créer un lien de connivence avec le client», renchérit Gérard Bouhanna d'Oki printing. Corner Store, concept destiné aux 15-25 ans, a réussi le pari en diffusant des programmes fournis par les marques de vêtements, mais également ses propres images de shooting de mode. Un moyen pour Jean-Marc Elbeze de fidéliser sa clientèle. La société eCran a pris en charge l'installation et la maintenance des écrans, ainsi que la gestion de contenus, pour un coût de 278 euros mensuels hors taxe, pendant 3 ans, le premier prix étant de 199 euros HT. Un coût qui peut être rapidement amorti si les conditions d'exploitation sont respectées: selon Raphaël Pinot de Cleverdis, on constate jusqu'à 10% d'augmentation des ventes pour un produit mis en valeur par un écran, par rapport à une PLV classique.

Grâce aux écrans plats, Muriel Quemensse modernise sa vitrine et met en valeur les biens immobiliers en vente.

Grâce aux écrans plats, Muriel Quemensse modernise sa vitrine et met en valeur les biens immobiliers en vente.

TEMOIGNAGE

Muriel Quemensse, dirigeante d'une agence immobilière parisienne
La commerçante a installé des écrans dans sa vitrine. Et, quand elle reçoit un nouveau bien, Muriel Quemensse, gérante de l'Etoile Carnot, agence immobilière parisienne, entre directement les données dans un logiciel spécifique, au lieu de créer une affichette en papier. Les informations sont transmises aux écrans plats figurant dans sa vitrine. Le gain de temps est considérable pour la commerçante. Son objectif initial? Moderniser sa devanture, afin d'attirer davantage de chalands à l'intérieur. «Les biens immobiliers sont davantage mis en valeur: la photo est plus grande et la luminosité de l'écran attire l'oeil. De plus, je peux diffuser la totalité des biens disponibles, contrairement au système d'affichettes, limitées à 15. La vidéo fonctionne aussi la nuit sans avoir à éclairer la vitrine.» Muriel Quemensse est satisfaite de son nouvel équipement: pour 200 euros HT par mois, pendant 4 ans, l'Etoile Carnot est mieux repérée des habitants du quartier, en dépit de l'exiguïté de sa vitrine.