Mon compte Devenir membre Newsletters

Enseignes cherchent candidats à la fibre enfantine

Publié le par

Le prêt-à-porter pour les enfants offre principalement des opportunités en commission-affiliation. Avis aux entrepreneurs qui apprécient la mode et qui aiment entretenir un lien étroit avec leur clientèle.

 

@ Sergent Major

Le marché du prêt-à- porter pour enfants reste dynamique et les enseignes continuent d'ouvrir des points de vente.

@ Sergent Major

Le marché du prêt-à- porter pour enfants reste dynamique et les enseignes continuent d'ouvrir des points de vente.

L'habillement pour enfants est le secteur le plus dynamique du textile, avec + 6,2% de chiffre d'affaires de janvier à juin 2009 comparé à la même période en 2008 dans les chaînes spécialisées, selon l'Institut Français de la Mode. «Notre secteur résiste car il y a toujours une connotation affective à l'achat de vêtements pour enfants», commente Geoffroy de Poncins, directeur du développement de Sergent Major. Par ailleurs, les habits constituent des cadeaux rationnels en période de crise, ce qui contribue au dynamisme du secteur. La distribution spécialisée est structurée autour de grands groupes qui possèdent un portefeuille d'enseignes, comme Zannier (Z, Catimini...) ou IdGroup (Okaïdi, Jacadi...) et des réseaux tels qu'Orchestra, Sergent Major-Natalys, La Compagnie des Petits, etc. La plupart opère un double développement: en propre ou non, selon les coûts d'implantation. Par ailleurs, le système de la commission-affiliation est majoritaire, car il facilite la gestion du stock par l'affilié, qui n'est pas propriétaire de la marchandise. Certaines enseignes abandonnent la franchise classique pour l'affiliation, comme La Compagnie des Petits ou Orchestra, qui se distingue par des magasins dont la surface moyenne est d'environ 350 m2.

Des prévisions prudentes

Les enseignes privilégient les investisseurs à profil commerçant, capables d'argumenter et d'entretenir un lien étroit avec la clientèle. Côté développement, les réseaux restent prudents, reconnaissant que la frilosité des banques envers les candidats à la franchise tempère les prévisions. Sergent Major, qui a ouvert sept magasins cette année, prévoit un rythme équivalent en 2010. «Pour encourager les candidats, nous augmentons le taux de commission, qui passe de 35 à 37% du chiffre d'affaires», indique Geoffroy de Poncins. «Fin 2009, nous comptabiliserons 200 magasins», précise pour sa part Jean-Michel Estival, directeur du développement d'Orchestra, qui enregistre 18 ouvertures cette année.

Devenir franchisé du secteur

- Profil recherché
Investisseur à la fibre commerçante (ex-cadre de la grande distribution, commerçant, etc.).
- Investissement moyen
150 000 à 200 000 euros
- Droits d'entrée
Environ 10 000 euros
- Taux de commission moyen
de 35 à 38%