Mon compte Devenir membre Newsletters

Elle fait les marchés dans l'espoir d'ouvrir une boutique

Publié le par

Nathalie Vendittelli a profité d'une période de chômage pour se lancer dans le commerce. Aujourd'hui fleuriste sur les marchés, la jeune femme met tout en oeuvre pour accéder à son rêve: tenir une boutique de fleurs.

L'avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, telle pourrait être la devise de Nathalie Vendittelli. Il est 4 h du matin et la journée de la jeune fleuriste ne fait que commencer. Tulipes, roses, iris, tournesols. . . Elle fait ses emplettes chez son grossiste habituel. Vers 5 h 30, elle file, direction le grand air. Car, chaque matin, la jeune femme tient un stand de fleurs sur les marchés de la région de Lyon. L'après-midi, elle travaille chez elle. Nathalie Vendittelli compose des bouquets à la commande et les livre à ses clients. Elle table sur le bouche à oreille et fait sa propre pub, s'aidant de quelques tracts maison qu'elle distribue dans les boîtes aux lettres. Son activité commence doucement, mais la jeune commerçante s'accroche. En créant son entreprise, Rêve en Fleurs, en novembre 2006, Nathalie Vendittelli vient de franchir la première étape qui la sépare de son but ultime: ouvrir une boutique de fleurs. Un rêve qu'elle caresse depuis toujours. A la fin de son apprentissage déjà, en 2000, elle désire reprendre la boutique de sa patronne, qui part à la retraite et en demande un peu plus de 53 000 Euros. Mais, âgée d'à peine 18 ans, Nathalie Vendittelli ne trouve pas de crédit. «Mes démarches auprès de divers banquiers se sont toutes révélées infructueuses, raconte-t-elle. A chaque fois, j'entendais le même verdict: trop jeune.» Amère, elle constate, aujourd'hui, que la boutique de fleurs qui l'a accueillie en formation est devenue un salon de coiffure.

Coup de pouce pour grande battante

 

Mais Nathalie Vendittelli n'est pas de celles qui laissent tomber. Elle enchaîne les petits boulots pendant cinq ans puis profite d'une période de chômage pour concrétiser son rêve. D'autant que son statut lui ouvre quelques portes. C'est ce qu'elle découvre lors d'un stage d'aide à la création d'entreprise de la Chambre de métiers de Lyon. Lors de cette formation d'une semaine et demie, véritable déclencheur de son parcours, ses interlocuteurs l'orientent vers l'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique). Cet organisme soutient des personnes exclues du monde du travail et du système bancaire classique à créer leur propre emploi, via le micro-crédit (voir encadré à savoir). Là, la future entrepreneuse apprend qu'elle peut prétendre à un financement de 3000 Euros, à des conditions très avantageuses. Nathalie Vendittelli bénéficie d'une avance de l'Etat, sans intérêt, remboursable dans un délai de 5 ans, pour un montant de 1 000 Euros. Elle profite aussi d'une subvention de 1 000 Euros, coup de pouce accordé par le Conseil régional de Rhône-Alpes aux créateurs d'entreprise Rmistes et demandeurs d'emploi. Enfin, la jeune commerçante obtient, dans le cadre d'un micro-crédit, 1 000 Euros, remboursables sur 24 mois au taux de 7,3%, auxquels s'ajoute une contribution de solidarité de 5%. Pour s'installer sur les marchés, la jeune femme n'a guère besoin de plus.

Le 23 novembre 2006, Rêve en Fleurs est officiellement créée. Prévoyante, la jeune entrepreneuse s'entoure de toutes les précautions pour sécuriser son affaire. Sur les conseils de l'Adie, elle souscrit à un contrat de micro-assurance (voir encadré assurance) , proposé par la fondation Entrepreneurs de la Cité et assure sa petite entreprise pour moins de 40 Euros par mois. Et Nathalie Vendittelli ne veut pas s'arrêter en si bon chemin. Son prochain challenge? Dégager suffisamment de chiffre pour embaucher sa mère. Elle s'efforce aussi d'économiser pour enfin s'offrir la boutique de ses rêves... «D'ici à deux ans», espère-t-elle.

Assurance
Se protéger pour moins de 40 Euros par mois

Pour 21,92 Euros, la Trousse Première Assurance vous protège en cas de sinistre ou d'arrêt de travail. Pour 20 Euros de plus, une complémentaire santé peut être intégrée. Dans le même esprit que le micro-crédit, la micro-assurance est destinée aux créateurs d'entreprise qui n'ont pas accès aux assurances classiques. Cette offre est expérimentée en Rhône-Alpes et devrait être étendue à l'ensemble du territoire français.
Rens.: www.entrepreneursdelacite.org.

A savoir
Le micro-crédit: un coup de pouce qui peut valoir jusqu'à 10 000 Euros

D'un montant maximal de 10 000 euros, le microcrédit est destiné aux créateurs d'entreprise exclus du système bancaire classique, tels les chômeurs et les Rmistes. Initié par l'Adie (Association pour le droit à l'initiative économique), il se compose d'un prêt solidaire (taux de 7,3%, assorti d'une contribution de solidarité de 5%) de 5 000 euros maximum et d'un prêt à taux zéro, portant sur l'investissement matériel uniquement, de la même somme. L'association intervient surtout dans le petit commerce, l'artisanat et les services. Depuis 1989, plus de 44 000 microcrédits ont été accordés par l'Adie.
Rens.: www.adie.org.

Parcours

- 2000
Nathalie Vendittelli obtient son CAP de fleuriste.
- 2001 à 2005
Elle vogue de petit boulot en petit boulot.
- Novembre 2006
Son rêve devient réalité et Rêve en Fleurs, son entreprise, voit le jour.

Repères

- RAISON SOCIALE
Rêve en Fleurs
- VILLE
Colombier-Saugnieu (Rhône)
- DIRIGEANTE
Nathalie Vendittelli, 24 ans
- EFFECTIF
1 personne
- DATE DE CREATION
Novembre 2006