Mon compte Devenir membre Newsletters

Devenir dépositaire de colis

Publié le par

Diversification. A l'heure où le e-commerce est en pleine ascension, la livraison dans les points de vente suit la même courbe. La rémunération des commerçants dépositaires de colis demeure modeste, mais c'est l'occasion d'élargir sa clientèle.

Tous les soirs à 18 heures, Jacques Français, buraliste à Châlons-en-Champagne (Champagne-Ardenne), réceptionne les colis livrés par le réseau A 2 Pas pour les clients ayant commandé par correspondance. Si le commerçant a choisi ce dépositaire de colis, il aurait également pu s'adresser à la Sogep, du groupe Pinault Printemps Redoute, ou à Mondial Relay et Kiala, ancien groupe 3 Suisses, qui utilisent le même réseau. Tous sont en cours de recrutement pour affiner leur maillage du territoire français.

L'avantage pour le commerçant? La possibilité de conquérir de nouveaux clients du quartier. Selon Jean-Robert de Miras, directeur adjoint du réseau de la Sogep, le nombre de colis distribués quotidiennement est de 25 en moyenne par commerce, contre 18 pour Mondial Relay. »Le nombre de livraisons varie beaucoup selon les zones, précise Rebecca Ceria, coordinatrice du réseau en France. Dans les zones urbaines, on distribue jusqu'à 50 colis par jour». Il y a donc une clientèle potentielle importante. Il vous appartient ensuite de la transformer en habituée de votre point de vente. Pour y parvenir, le directeur adjoint de la Sogep conseille de travailler l'agencement du magasin en mettant en évidence des produits peu chers et d'utilisation quotidienne, par exemple. Le tabac de Jacques Français est Chrono Relais depuis six mois. Sur les 150 personnes qui retirent leur colis chaque mois, un tiers en profitent pour faire un autre achat. «influence sur le chiffre d'affaires n'est pas encore significative, admet le buraliste. Cela représente une augmentation d'environ 1,5%, mais c'est un pari sur l'avenir.» La clientèle de la vente par correspondance est en grande majorité féminine. Pour la fidéliser, le commerçant souhaite faire des travaux dans son établissement, même si la rémunération de ce service ne représente pour l'heure que 80 euros mensuels environ, soit 0,50 euro par colis. Les autres réseaux proposent entre 0,30 et 0,45 euros. Si elle augmente votre chiffre d'affaires, l'activité de dépositaire de colis prend aussi du temps: il faut compter environ quatre minutes par colis. Pour aider les commerçants, les réseaux adoptent des méthodes différentes: la Sogep utilise un classement sur papier, tandis que Mondial Relay et A 2 Pas ont une gestion informatisée. Les commerçants partenaires sont alors équipés gratuitement de PDA et de douchettes pour scanner les colis. Avec des temps de formation variables: comptez une heure pour Mondial Relay et A 2 Pas, et une demi-journée pour la Sogep.

Rebecca Ceria
Mondial Relay

«nLe nombre de livraisons varie beaucoup, dans les zones urbaines, on distribue jusqu'à 50 colis par jour»

Zoom
Les critères pour devenir dépositaire de colis

Les réseaux de points de livraison croisent plusieurs critères de sélection pour recruter les commerçants sur une zone géographique donnée.
Voici quelques éléments, non obligatoires, mais qui peuvent susciter leur intérêt:
- Employer une à deux personnes, afin de gérer le flux supplémentaire de clients.
- Etre facilement accessible, à pied ou en voiture.
- Se trouver dans un lieu de passage, soit en privilégiant le centre-ville, soit en s'installant près d'une gare.
- Avoir des horaires d'ouvertures amples: du mardi au samedi, entre midi et deux...
- Disposer d'une réserve pour entreposer les colis.