Mon compte Devenir membre Newsletters

Des viennoiseries fleurissent en vitrine

Publié le par

Retrouvez ce mois-ci une nouvelle idée de devanture et son explication. C'est l'étalagiste Françoise Pinault qui s'est prêtée au jeu. Elle nous livre ici les secrets de cette vitrine printanière.

Objectif de Françoise Pinault, étalagiste, lorsqu'elle s'est attelée à la réalisation de la vitrine de cette boulangerie située dans le Vaucluse? Composer un tableau attrayant et surtout appétissant pour les passants. Mission accomplie puisque les clients entrent en boutique afin de partager leur étonnement ou pour demander quelques boutures de ces plantes spéciales qui, en guise de fleurs, accueillent au bout de leurs tiges des viennoiseries. Astuce: à l'intérieur du magasin, Françoise Pinault place à proximité de la caisse un autre pot contenant un croissant, rappel de sa vitrine printanière. Pour une telle réalisation, elle facture 150 euros HT environ, dont 40 pour l'achat du matériel.

1 L'idée

Pour cette vitrine de printemps, Françoise Pinault a opté pour la thématique du jardinage. «Le printemps est la saison-clé pour s'occuper de son jardin», explique l'étalagiste, horticultrice amateur. Pots de fleurs, arrosoir, tuyau d'arrosage ou encore pelle et râteau... Elle a multiplié les accessoires pour délivrer un message explicite: «la vitrine doit être claire, car les badauds passent rapidement devant, ils doivent saisir l'idée aussitôt».

2 Secrets de la mise en scène

«J'ai planté des «fleurs-croissants»», résume poétiquement Françoise Pinault. Torsades, pains au chocolat et brioches ont tous subi le même sort: empalés sur des tiges de bambou enveloppées de chatterton vert, maintenues dans du polystyrène recouvert de faux gazon. Pas de traitement particulier pour la conservation des viennoiseries, qui sont restées appétissantes pendant la durée de vie de la vitrine (un mois environ).

3 La composition

Le sol est recouvert de gazon synthétique et le fond de vitrine d'un treillage et de fausses lianes. Les nombreux éléments sur le sol rappellent un véritable jardin, mais l'étalagiste a tenu à attraper le regard du passant à hauteur d'yeux: «C'est l'une des bases de l'étalagisme, il faut capter l'attention puis la retenir selon un parcours précis». Ainsi, les «brassados», viennoiseries provençales en forme de bracelets, sont accrochés au plafond par des fils de nylon, tout comme le tuyau d'arrosage.

4 Les couleurs

«Les premières fleurs qui apparaissant sont jaunes, c'est pourquoi j'ai choisi cette couleur, associée au vert traditionnel du printemps, comme tons dominants», indique l'étalagiste. Elle a donc inclus dans sa composition des narcisses et des primevères en tissu, agrafés sur le sol. Leur couleur rappelle celle du tuyau d'arrosage, des pots peints par ses soins... mais également le doré des viennoiseries. Une harmonie qui met en valeur les produits, selon l'étalagiste.

Parcours Françoise Pinault

Aujourd'hui à la retraite, Françoise Pinault n'abandonne pas sa vocation. Elle effectue encore des missions dans le Gard et les départements voisins. Formée en apprentissage, elle s'établit à son compte en 1972 à Caen. Parallèlement, elle enseigne l'étalagisme dans les centres de formation et les chambres de commerce de Basse-Normandie pendant plus de dix ans, avant de déménager dans le Sud, en 1991. Elle écrit actuellement un ouvrage pratique sur les vitrines, dont l'éditeur n'est pas encore connu.