Mon compte Devenir membre Newsletters

Commerce alimentaire: en phase avec ses clients

Publié le par

Le commerce de proximité va bien. La tendance est clairement à un retour des consommateurs vers le centre-ville, en particulier dans les grandes métropoles.

Le centre-ville a la cote. Les citadins, notamment les cadres aisés, délaissent les hypers de périphérie pour les commerces de proximité. C'est ce que révèlent deux enquêtes de TNS Sofres réalisées en juin 2009 et mai 2010. De plus en plus souvent, les foyers de célibataires ou de couples sans enfants rechignent à prendre leur voiture pour faire les courses le samedi après-midi. Ce sont donc autant de clients ultra-ciblés pour les enseignes du commerce alimentaire de proximité.

Ces dernières fleurissent désormais au coeur des villes. Malgré une conjoncture difficile, on parle chez Monoprix «d'un chiffre d'affaires en hausse de 5 % sur les neuf premiers mois de 2010». Et il n'y a pas lieu de penser que la tendance va s'inverser. 69 % des professionnelsEnquête «L'avenir du commerce vu par ses acteurs», Credoc 2010. interrogés par le Credoc anticipent même un renforcement du poids des petites surfaces de proximité au cours des dix prochaines années. Casino Proximité (Petit Casino, Spar, Vival, Shopi) a d'ailleurs annoncé l'ouverture de 500 nouveaux points de vente courant 2011.

Au plus près des attentes des clients

Franprix, U express, Carrefour City, Monop' et autres Shopi reconquièrent donc la ville avec des offres revisitées. Chez Système U, Thierry Desouches, responsable communication, explique que « l'enseigne s'est récemment repositionnée en créant U express et Utile, organisés et marketés en fonction des attentes des nouveaux urbains. » La démarche consiste à proposer une large gamme de produits, à l'instar de Monoprix et ses 5 600 références. Ainsi, les points de vente s'adaptent à leur zone de chalandise avec des approvisionnements en phase avec les habitudes de consommation. «On ne propose pas de lasagnes surgelées pour 12 personnes, rappelle Thierry Desouches, mais des plats pour un ou deux. »

Sur un secteur ultra-concurrentiel, notamment dans les grandes villes, les enseignes se distinguent aussi par leur offre de services, comme la livraison des courses ou encore une forte amplitude horaire (de 9 h à minuit chez Monop'). Ces commerces étant également tributaires des pics de fréquentation, la logistique des caisses est étudiée pour répondre à cette contrainte. « Chez U express, lorsque cela est possible, nous mettons en place des caisses automatiques qui permettent de limiter la longueur des files d'attente. » De quoi séduire une clientèle pressée et toujours plus sollicitée.

Devenir franchisé du secteur

- Profil recherché
Bonne connaissance de la distribution alimentaire et de la région où le candidat souhaite s'implanter.
Expérience dans le même type de commerce.


- Investissement moyen
De 15 000 à 500 000 euros


- Redevance annuelle
Pourcentage du CA TTC (de 0,30 à 1 ,50 %)


- Surface du magasin
100 à 900 m