Mon compte Devenir membre Newsletters

Cinq conseils pour réussir sa newsletter

Publié le par

Une newsletter constitue un outil marketing intéressant pour fidéliser vos clients et attirer leur attention sur certains de vos produits. Voici quelques astuces pour que votre courriel arrive à bon port et booste vos ventes.

1. Travailler l'objet

Boîtes électroniques surchargées, spams, courriers promotionnels... Comment, dans ce contexte, parvenir à capter l'intérêt des internautes et faire en sorte que votre newsletter soit lue ? Cela passe en premier lieu par le choix de l'objet de votre mail Il doit être qualitatif plutôt que commercial. L'objectif étant bien entendu que votre newsletter soit consultée par l'ensemble de vos clients. « Certaines phrases comme «produits gratuits», «offres alléchantes» ou «- 50 % sur nos produits» sont automatiquement identifiées comme des spams. Il faut donc préférer une phrase informative, quitte à jouer sur l'actualité et intéresser l'audience avec les principaux événements commerciaux, comme la Fête des mères ou la rentrée des classes », explique Cyrille Guillaud, dirigeant de CG Consulting, cabinet spécialisé dans l'e-commerce. Evitez par ailleurs les ponctuations abusives, comme les points d'exclamation.

2. Miser sur le contenu

Le contenu est également très important. Personnalisez-le au maximum. Le style doit être direct, incisif, les attaques travaillées. Si vous manquez d'inspiration, n'hésitez pas à personnaliser vos envois en insérant en haut du mail le nom et le prénom du destinataire, afin d'attirer l'oeil de vos clients et de créer une relation de proximité. Pour structurer votre newsletter, pensez à créer des rubriques en indiquant, par exemple, les dernières nouvelles et actualités de votre boutique. Mais aussi des astuces qui incitent à ouvrir votre e-courrier, en jouant sur l'effet de curiosité, et des informations utiles, dont votre client peut faire usage. « Un commerce de bouche peut, par exemple, donner une recette ou conseiller son client sur ce qu'il peut consommer avec du poisson ou du foie gras », explique Richard Volodarski, responsable marketing opérationnel chez Linkeo. Vous pouvez également offrir des coupons de réductions. « Une newsletter doit contenir, au maximum, trois informations. Elle ne doit pas trop en dire pour aiguiser la curiosité de l'internaute. Il se rendra ainsi sur le site pour y découvrir d'autres produits de la gamme », poursuit Cyrille Guillaud (CG Consulting). Dans votre mailing, n'oubliez donc pas d'indiquer le ou les liens qui renvoient aux pages intéressantes de votre site. Pour augmenter le nombre de clics, optez pour la formule «Cliquez ici», inscrite dans une couleur différente de celle de votre texte, afin de capter plus aisément l'attention de vos lecteurs. Vous avez également pour obligation légale (loi relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés) de mentionner en bas de votre newsletter un lien pour que vos contacts puissent se désinscrire aisément.

@ FOTOLIA / FENG YU

Guillaume Lefebvre, gérant de Napoli, une boutique de prêt-à-porter

Guillaume Lefebvre, gérant de Napoli, une boutique de prêt-à-porter

Témoignage

« J'insère dans mes newsletters des chèques-cadeaux lors des anniversaires de mes clients »


Lors de sa newsletter spéciale soldes privés en janvier, Guillaume Lefebvre, gérant de Napoli, une boutique de chemises implantée à Lille, a boosté le trafic de son site web de près de 40 %. Pour capter l'attention des internautes, ce commerçant place en vedette, dans l'objet de ses newsletters, les nouveautés et les offres promotionnelles : « Je n'hésite pas non plus à insérer en bas de mes courriels des chèques-cadeaux lors des anniversaires de mes clients. Cette démarche crée une relation de proximité et génère du trafic sur mon point de vente »,explique-t-il.
Le dirigeant dispose aujourd'hui d'une base de données de 8 000 personnes. Des informations qu'il récolte essentiellement lors de la venue des clients dans sa boutique, mais également via son site internet. Le formulaire d'inscription à la lettre d'information est ainsi mis en évidence sur la page d'accueil du portail. Pour élargir sa base de données, Guillaume Lefebvre utilise par ailleurs un lien d'invitation "Envoyer à un ami", ce qui permet à la clientèle de parrainer ses proches. Si la phase d'inscription est importante, le commerçant doit ensuite pérenniser cette relation et fidéliser les internautes à sa marque.

Repères

- Activité
Prêt-à-porter
- Ville
Lille (Nord)
- Dirigeant
Guillaume Lefebvre, 37 ans
- Effectif
4 personnes
- Année de création
2007
- CA 2011
500 k Euros

3. Maîtriser la fréquence d'envoi

Dans une optique de fidélisation, votre newsletter doit avoir une périodicité régulière. Un léger décalage n'est pas catastrophique,

mais si vous décidez de l'envoyer une fois par semaine, il faut vous y tenir. Vous pouvez toutefois déroger à cette règle si vous souhaitez communiquer sur une opération spéciale, une promotion ou des soldes privés. Une périodicité mensuelle ou bimestrielle (tous les deux mois) semble toutefois bien adaptée pour les petites structures.

4. Limiter la quantité de visuels

Vous devez également veiller à ne pas insérer trop de visuels dans votre newsletter. Notamment dans la partie haute, au risque de bloquer le contenu de votre mail. L'e-mail sera en effet plus lourd et aura une forte connotation de spamming. «Pour contourner ce problème, il est possible d'insérer, au-dessus du visuel, des balises «alt text» qui permettent d'afficher un texte à l'emplacement de l'image bloquée. L'internaute peut ainsi prévisualiser le contenu de la newsletter », explique Roselyne Guillaud, consultante en e-commerce. Pour alléger votre newsletter, qui ne doit pas dépasser 50 ko, vous pouvez tout de même insérer dans le corps du mail deux ou trois visuels de présentation d'un produit. Une démarche qui va notamment attirer l'oeil des internautes et les inciter à cliquer sur le lien. Pour Richard Volodarski, il semble par ailleurs important de tester la newsletter avant de l'envoyer: « Le commerçant peut ainsi passer par des messageries tests comme Wanadoo, Hotmail ou Gmail et regarder si chacune d'entre elles reçoit la newsletter et l'affiche correctement », conseille-t-il.

5. Surveiller le taux d'ouverture de vos mails

Autre astuce: pour bénéficier de conseils et obtenir un modèle standard de newsletter, vous pouvez passer par un professionnel, moyennant la somme de 150 euros minimum. D'autant plus que vous pourrez réutiliser ce schéma standard pour créer de nouvelles newsletters. « Ce professionnel peut par ailleurs suivre le taux de délivrabilité finale des e-mails, c'est-à-dire le pourcentage de messages électroniques qui arrivent effectivement dans la boîte des internautes sans avoir rencontré de problème de filtrage », explique Cyrille Guillaud (CG Consulting). Et ce, afin de détecter rapidement les problèmes lorsqu'ils surviennent (mauvaises adresses e-mails ou blocage des images). D'où la nécessité de mettre en place une véritable stratégie d'e-mailing qui pense à la fois le contenu et le design des newsletters et assure le suivi de toutes les statistiques liées aux envois, y compris le taux de délivrabilité. Votre newsletter a ainsi toutes les chances de ne pas rester lettre morte et de se transformer en ventes.