Mon compte Devenir membre Newsletters

Chocolat: un marché à croquer

Publié le par

Les réseaux de chocolatiers bénéficient d'un engouement toujours soutenu de la part des Français et savent renouveler leur offre et leurs concepts, pour faire face aux nouveaux arrivants.

Les chocolats Roland Réauté se positionnent sur le créneau du «chocolat pour tous et pour tous les jours».

@ Chocolats Roland Réauté

Les chocolats Roland Réauté se positionnent sur le créneau du «chocolat pour tous et pour tous les jours».

Antidépresseur, aphrodisiaque, stimulant de la mémoire... le chocolat ne manque pas de qualités. les Français ne s'y trompent pas: ils en consomment 7,4 kg par an et par habitant, selon le syndicat du chocolat. le marché reste dominé par les grandes surfaces, qui écoulent 85 % de la productionSource: APCE (Association pour la création d'entreprise)., les boulangers et détaillants spécialisés se partageant le reste. Parmi eux, les franchises ont la particularité d'être à la fois fabricants et distributeurs. Léonidas (350 points de vente), Jeff de Bruges (340) ou De Neuville (140 magasins) dominent ce paysage, tandis que des challengers se développent (chocolats Roland Reauté, 23 boutiques) et que de nouveaux acteurs apparaissent.

Fédérer les amateurs

« Cette arrivée de nouveaux intervenants illustre le dynamisme du secteur », estime Gilles Gommendy, directeur général de l'enseigne De Neuville. spécialiste du chocolat français, l'enseigne rénove son concept et place le «made in France» au coeur de son image. l'offre élargie (chocolat à cuisiner, vaisselle, accessoires) permet 20 à 30 % de chiffre d'affaires additionnel aux magasins les plus performants.

Les chocolats Roland Réauté (23 magasins) se positionnent, quant à eux, sur le créneau du «chocolat pour tous et pour tous les jours». « Nos clients choisissent d'abord leur contenant, avant d'entamer une promenade dans nos points de vente où ils sélectionnent les produits à leur guise », explique Anne-Sophie Bréhin, responsable marketing de l'enseigne. une démarche à l'opposé des chocolats Richart, qui revendiquent un positionnement haut de gamme. la marque-enseigne cible les amateurs et ceux qui veulent en apprendre plus sur le chocolat. c'est pourquoi elle prévoit un espace atelier avec des séances de création et de dégustation. Quant au Belge KC Chocolatier, il propose une licence de marque à ses partenaires hexagonaux, c'est-à-dire une solution moins stricte que la franchise, où l'adhérent s'engage à une diffusion exclusive de ses produits et peut bénéficier d'un concept complet, du simple corner à la boutique de 100 m2.

Devenir franchisé du secteur

- Profil recherché
Mieux vaut aimer le produit! Les réseaux n'écartent cependant pas les investisseurs motivés qui sauront mettre sur pied une équipe dynamique.


- Investissement moyen
De 140 000 à 450 000 euros.


- Droits d'entrée
De 15 000 à 32 000 euros.


- Redevance
4 % du chiffre d'affaires.